Radius: Off
Radius:
km Set radius for geolocation
Rechercher

La Highland Cattle : Une vache rustique, parfaitement adaptée à la Bretagne.

La Highland Cattle :  Une vache rustique, parfaitement adaptée à la Bretagne.

Comme son nom l’indique, cette race de bovin nous vient d’Écosse et plus particulièrement des Highlands. Le terme « Cattle », quant à lui, signifie « Bétail » en anglais. Or, qui a déjà visité l’Écosse sait que la Bretagne dispose d’un terroir (et d’une météo) ayant certaines similitudes avec ce territoire du nord de la Grande Bretagne.

Il était donc logique que, tôt ou tard, quelqu’un pense à importer cette race de bovins dans nos bocages bretons…

Je suis donc parti, il y a quelques jours de cela, à la rencontre de Ronan et Wendy du Ranch de Kerbongoût, à Saint Rivoal. Ces derniers élèvent en pleine nature et dans une quasi semi-liberté près de 60 Highland Cattle. Chaque animal dispose d’un hectare de pâture, ce qui est le minimum pour qu’un bovin puisse se nourrir sachant qu’il consomme  près de 100 kilos d’herbes fraîches par jour ! Il faut dire qu’ils ont tout de même 4 estomacs à remplir…

Nous avons donc arpentés quelques hectares de leurs terres, durant une belle journée d’automne à la luminosité si particulière, à la rencontre d’un environnement, d’un métier, d’un quotidien… et évidemment des vaches, génisses, veaux, taureau, broutards, etc.

Au Ranch, le bétail est réparti en trois troupeaux. Le premier que l’on visite est le troupeau principal, composé d’environ une trentaine d’animaux. Il s’agit du taureau Oscar et des vaches « permanentes » qui donnent naturellement naissance aux veaux. Ronan et Wendy m’expliquent la complexité qu’il existe dans le relationnel de ces animaux : il y a la chef, celles qui s’occupent de la surveillance, celles qui font les baby-sitters, etc. Un troupeau dispose de ses codes, de sa hiérarchie, de son organisation propre.

On s’arrête un instant et observons l’environnement. Ici, le grand remembrement d’après guerre n’a pas eu lieu et cela se sent. Les champs ont une taille moyenne de 4000m² et disposent de beaux talus, ce qui laisse à la nature la possibilité de s’exprimer. La vue est dégagée, arborée… magnifique !

On visitera ainsi, tout l’après-midi, plusieurs parcelles et nous rencontrerons de nombreux bovins, dont le groupe de Thor, à la crinière noire… Ce dernier fait partie d’un troupeau de « jeunes », qui pâturent ce jour là dans un champ particulièrement esthétique… et inaccessible à la plupart des autres races de vaches. En effet, la Highland Cattle est réputée pour sa rusticité et sa capacité de pâturer des zones de landes ou marécageuses. Elle est d’ailleurs fréquemment « utilisée » pour ce type de travaux d’entretien de terrains difficilement accessibles : il s’agit de la reine de l’éco-pastoralisme !

A peine arrivé dans le champ, tous les animaux viennent à notre rencontre et nous entourent. Calmement, avec une grande sérénité. Ronan me présente chaque animal :  son nom, son tempérament, sa lignée… il les connaît tous personnellement et m’en parle comme s’il me parlait de ses enfants.

On aborde alors évidemment ce qui fait parfois débat : comment s’attacher à un animal dont la vocation est de produire de la viande. Ronan et Wendy ne pensent pas de la sorte. Le métier d’éleveur est en effet de produire de la viande… mais autant le faire le plus consciencieusement possible, en donnant un maximum d’amour aux animaux dont ils ont la charge. L’animal doit pouvoir disposer de la plus belle vie possible. Thor est du même avis puisqu’il s’approche rapidement de moi et me donne de petits coups avec son museau, réclamant des grattouilles et caresses… et recommence à me donner un coup de museau, dès que j’ai l’audace d’arrêter !

Il faut également savoir que les Highland Cattle sont de petites vaches, à croissance lente. Cela signifie qu’il faudra trois ans à un veau pour devenir adulte, au lieu de deux ans en général pour de nombreuses autres races. Thor a deux ans et demi. Dans six mois environ, il quittera ses pâtures pour l’abattoir.

Une vache, qui accompagne le troupeau de Thor, a le privilège de vieillir sans date buttoir. Il s’agit de la première vache de Ronan et Wendy. Celle-ci, du fait de son grand âge, ne peut plus donner naissance aux veaux. Elle profite donc de sa retraite parmi les jeunes broutards et participe pleinement à l’organisation du groupe, particulièrement lors des changements de champs.

On finira la journée sous un soleil déclinant et un repas au feu de bois, courte parenthèse dans la vie d’un éleveur de Highland.

Steven (Locavore de C.)

A propos de Steven (Locavore de C.)

En 2015, j'ai recherché un annuaire de producteurs locaux afin de changer mes habitudes de consommation. Malheureusement, impossible de trouver ce que je recherchais ! J'ai donc décidé de le créer moi même, en respectant une éthique personnelle d'ouverture à tous et de gratuité totale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec